Place ce soir à la deuxième confrontation entre Monaco et Le Mans, deux équipes « surprises » à ce stade de la compétition, car les joueurs de la principauté la jouent pour la première fois depuis leur arrivée en Jeep Elite, et quant au Mans, l’équipe n’avait plus connu pareil fête depuis les finales de la saison 2011-2012, alors perdues au détriment de Chalon/Saône. Mercredi soir, alors que Monaco a remporté le premier duel 81-77, ce fut non sans mal. En effet, les Roca Boys ont compté jusqu’à 12 points d’avance, avant que Chris Lofton et les siens ramènent à égalité les deux équipes et ce, à environ cinq minutes du terme réglementaire. Les efforts ne furent pas vains, mais insuffisants pour renverser la vapeur. Les hommes de Zvezdan Mitrovic sont prévenus ce soir dans leur salle Gaston Médecin : Le Mans MSB est loin d’être dans le pâté.

Et les hommes d’Eric Bartecheky le prouvent très rapidement dix minutes durant. Sous les coups de boutoir de Justin Cobbs qui trouvent parfaitement Roméo Travis et le géant Youssoupha Fall, les manceaux inquiètent leurs hôtes monégasques, et s’avèrent offensifs (16-23). Longtemps, dans ce deuxième acte, les visiteurs feront course en tête avec une avance confortable de +10. Du coté du rocher, en temps ordinaire Gérald Robinson brille, mais jusque là le malheureux accusait une évaluation négative (-3). En face, c’est l’inverse. Le très silencieux Fall s’est mis en mode « rouleau compresseur » (8pts à 4/4, 7rbds, 1int, 14 d’éval en 11 minutes). Et dans le duel de meneur-passeur Cobbs/Cooper, ce dernier est peu prolifique aux shoots (0pts à 0/2 et 0/2 à 3pts), mais compense par ses passes (7 en 11 minutes), et rend son éclat à Gérald Robinson qui signe un 2+1 dans la dernière minute du second quart-temps remporté par les rouges et blancs 25-23, cela dit, le tableau affiche une légère avance en faveur du MSB, 41-46. Et à la vue des stats collectives, ce ne sont pas les extérieurs qui se sont montrés (1 seul tir à 3pts inscrit, coté monégasque).

QUAND MONACO A UN CAILLOU DANS LA CHAUSSURE

Et il faut peu de temps pour que Monaco réagisse, avec Cooper pour Robinson, à -1 après avoir foulé le parquet durant 1:38 minutes (45-46). Le plus petit écart jusque là. Car coté sarthois, si l’on attendait le trio Cobbs/Travis/Stephens, le dernier cité a longtemps tourné autour du 0 d’évaluation. Du coup, et contre toute attente hormis Cobbs omniprésent, deux autres manceaux sortent du lot : Riley et Yeguete, accompagnés de Fall. De leur coté, les monégasques ne se contentent pas de miettes, à l’instar de Cooper et ses 9 passes, un excellent Lacombe auteur de 11pts en 13 minutes, un Chris Evans toujours là, mais surtout la tour imprenable kikanovic (19pts à 9/11, 21 d’éval en 25 minutes). Le score lui, vacillera autour des 6 points d’écart (voir -2 en milieu de troisième quart). Pour autant, Le Mans a la main mise sur ces dix minutes (20-22), et sur la rencontre (61-68). Et à l’entame du sprint final de dix minutes, place aux contres des deux cotés du terrain (Lacombe/Traoré, Travis). 2:21 de jouées et Monaco, grâce à Aaron Craft, revient à -1 (70-71). Mais Youssoupha Fall et Justin Cobbs en rajoutent une couche à 5 minutes du terme (70-79), obligeant Zvezdan Mitrovic à prendre un temps mort, quasiment la mort dans l’âme. Car s’en suit un festival de tirs du parking ratés (Robinson, Lacombe, Cooper, qui le mettra par la suite). Et jamais ô grand jamais la Roca Team ne parviendra à surclasser des manceaux qui ont bien bataillé (16-19), et l’emportent logiquement 77-87.

Si les prestations d’Elemedin Kikanovic (20 d’évaluation) et Paul Lacombe (17) sont à louer, celles des manceaux sont exceptionnelles, à l’image de Mykal Riley, Will Yeguete et Justin Cobbs élu MVP du match (18pts à 4/9, 6rbds, 6pds, 16 d’éval en 38 minutes). Mais s’il en est un qui sort du lot et signe une ligne de stats à l’image de sa taille XXXL, c’est Youssoupha Fall. Jugez plutôt : 16 points à 8/8 (100% aux shoots!), 12 rebonds, 1 interception, 1 contre, 28 d’évaluation en l’espace de 25 minutes. Le géant signe là un double-double!

Lors de ces deux rencontres jouées à Monaco, le MSB a prouvé qu’il n’est pas là pour jouer les faire-valoir. En remettant la balle au centre, et à l’orée de jouer les réceptionnistes les 18 et 20 juin à Antarès, nul doute que la salle sarthoise sera bondé de ses supporters oranges survitaminés. Le match du 2-1, c’est lundi à 20h45, à suivre sur SFR Sport, et résumé à retrouver sur Dynamic Slashers.

Publicités