Strasbourg, malheureux finaliste cinq années de suite, s’est défait facilement de Nanterre (7eme de saison régulière) en quart de finale. Pour rappel, les hommes de Vincent Collet et ceux de son homologue Pascal Donnadieu s’étaient affrontés lors de la finale 2012-2013, les protagonistes ayant changés, il convient de le dire. Les Sarthois quant à eux, ont eu un parcours un peu plus difficile pour parvenir au dernier carré. En effet, ces derniers se sont inclinés à domicile face à l’ASVEL, avant de se venger trois jours après à Villeurbanne, et remporter la belle à domicile pour se faire pardonner. Le 2eme de saison régulière contre le 3eme, voilà une jolie affiche, qui cependant est entachée par une absence de taille coté alsacien, en la personne de Louis Labeyrie (hospitalisé pour un malaise vagal et virus contracté à l’issue du dernier match de saison régulière).

Le Rhenus qui accueille les Manceaux, le ton est donné.Durant les dix premières minutes, ce sont les hommes d’Eric Bartecheky qui imposent leur tempo, bien orchestré par Justin Cobbs (15-20). Dans le second acte, malgré la productivité de l’ancien meneur du BCM Gravelines-Dunkerque (14pts à 3/6, 2/2 à 3pts, 3rbds, 2int, 2pds, 1ctr, 18 d’éval en 18min) et de DJ Stephens (7 d’éval en 11min), les SIGmen déroulent, à l’image du Croate Miro Bilan (8pts à 4/7, 7rbds, 4pds, 16 d’éval en 15min), passé l’année dernière par le club du KK Cedevita, évoluant en Euroleague. Strasbourg inflige un 23-14 en 10 minutes, regagnant les vestiaires sur un petit matelas de 4pts 38-34. Les stats collectives à ce moment du match sont éloquentes : 24 rebonds à 15, 2 interceptions à 5, 9 passes décisives à 4, 0 contre à 3, et une évaluation de 45 à 36 ! Éloquent également, le temps mort pris par le coach manceau… à 1 seconde du buzzer (?).

LE COURT-CIRCUIT DU MANS

Eric Bartecheky est connu pour dénicher des talents et/ou les faire venir dans son équipe. Ainsi cette année, après avoir mis le grappin sur Cobbs par exemple, il a débauché Mikal Riley de Nanterre. Et si ce dernier débute bien le troisième acte par un 3pts, la SIG récite sa partition et inflige un 11-3 en 4 minutes (49-39). Les 5 passes décisives de l’ancien monégasque Dee Bost compilées au double-double déjà signé de Miro Bilan (17pts, 10rbds) y sont pour beaucoup. Strasbourg prend une avance confortable 60-46 (22-12 en 10minutes). Mais le MSB a de la ressource tout de même. Le jeune Yanis Morin (3rbds offensifs, 1int, 3ctr, 5 d’eval en 11min), auteur de 3 contres, en dédicace 2 d’affilée sur Randolph. Sous les impulsions de ses collègues Riley et Cobbs auteur d’une belle soirée (26pts à 5/10, 3/5 à 3pts, 5rbds, 2int, 3pds, 1ctr, 28 d’eval en 38min), le MSB revient à -4 à 1:30 du buzzer final. Les Manceaux gagneront ce dernier quart 16-20. Mais à laisser Damien Inglis à 2pts et ses compères Dee Bost et Miro Bilan aux lancers francs, c’est bien Strasbourg qui remporte cette première bataille des demi-finales 76-66, avec un Miro Bilan de gala et MVP de la rencontre (19pts à 8/11, 11rbds dont 7 offensifs, 5pds, 1ctr, 31 d’eval en 25 minutes).

Le Mans est averti, à Antarès il lui faudra contenir les assauts alsaciens, sous peine d’être sweepé rapidement.

Publicités