Ce soir, la Stark Arena était  « the place to be ». En effet, d’un côté le multi primé coach serbe Zeljko Obradović au FENERBAHÇE DOGUS tenant du titre, de l’autre, le club le plus titré de l’Euroleague avec neuf trophées, le REAL MADRID BALONCESTO. Une constellation sur le parquet. Et quelques étoiles filantes, à l’image des Bobby Dixon (ou Ali Muhammed) et Luigi Datome voir le géant Jan Vesely, ou Jaycee Carroll côté madrilène. La première mi-temps est disputée, MADRID remportant le premier acte 21-17, le FENERBAHÇE le second 17-23. À la pause, les stambouliotes virent en tête 38-40.

APRÈS LE FOOT, LE BASKET MADRILÈNE SUR LE TOIT DE L’EUROPE 

Mais si l’on attendait Luka Doncič, c’est le français Fabien Causeur qui sortira du chapeau de Pablo Laso. En effet l’ex Choletais et Havrais passé par Bamberg l’an dernier, s’épanouit dans ce contingent de stars. Pour preuve les 12 points passés au nez et la barbe de son vis à vis Koustas. En ayant un écart de +8 points au tableau d’affichage (63-55) et ayant remporté le troisième acte 25-15, la casa blanca se doit de pérenniser ses arrières. Et ce fut dur. Jusqu’à la magie au lancers francs (enfin les deux derniers) de Fabien Causeur, auteur de 17 points pour 21 d’évaluation en 24 minutes. Le REAL MADRID BALONCESTO l’emporte 85-80. Mais celui qui fut attendu fut bel et bien au rendez-vous : Luka Doncič, récent champion d’Europe avec la Slovénie, qui vient de glaner le titre de MVP de la saison Euroleague, meilleur jeune de la compétition, élu dans le premier 5 majeur, vient tout juste de garnir ses stats de MVP du soir (15pts à 3/8, 4pds), mais également rajouter une breloque et non des moindres, celui de MVP du Final Four. Tout ça à 19 ans s’il vous plaît. De quoi se faire une belle position à la future draft NBA ? Celui qui a aidé la maison blanche à s’étoffer de titres (les playoffs de la liga endesa ne sont pas commencés au moment de ces lignes) ne pourra plus de cacher. Lui, les Fernandez, Lull, Carroll, Causeur, Thompkins et consorts sont sur le toit de l’Europe, et relèguent loin derrière la concurrence avec cette décima.

MATCH POUR LA 3EME PLACE : LE ZALGIRIS KAUNAS COMPLÈTE LE PODIUM

Un peu plus tôt dans l’après midi se tenait le match pour la troisième place, entre le CSKA MOSCOW et le ZALGIRIS KAUNAS. Et la surprise, comme tout le long de cette saison, est venue des hommes du lituanien Sarunas Jasikevicius. Ce dernier, qui a repris les rênes du ZALGIRIS il y a peu, avait ému les amoureux de la balle orange lorsqu’il fut en pleurs après la qualification de son équipe pour le Final Four, au détriment du grand OLYMPIAKOS PIREUS. Les russes eux, champion il y a deux ans avec Nando De Colo comme MVP, étaient donnés favoris. Les mouches changent souvent d’ânes. En témoigne la nette domination verte durant trois quart-temps (19-22, 16-19, 13-28). Mais l’ex équipe de l’armée rouge semblait moins en fraîcheur, à l’image de Nando De Colo auteur de 6 petits points, et dans son sillage toute son équipe. Le dernier acte fut tout de même à leur avantage (29-10), mais pas assez pour l’emporter. Tandis qu’ils repartent de Belgrade avec une médaille en chocolat, Axel Toupane et compagnie offrent le bronze au ZALGIRIS KAUNAS et l’homme providentiel Sarunas Jasikevicius. Une bien belle récompense aux efforts fournis. Le MVP de ce match est Paulius Jankūnas (21min, 15pts à 6/8, 1/1 à 3pts, 5rbds, 2pds, 17 d’eval). Son camarade Vasilije Micić n’est pas en reste non plus (25min, 15pts à 2/6, 1/1 à 3pts, 4rbds, 4pds, 16 d’eval). Si l’on met en lumière les stats collectives, le CSKA MOSCOW n’a pourtant pas démérité : pertes de balle (9-19), interceptions (8-1), contres (5-1).

Encore une fois, cette compétition a tenu toutes ses promesses, et quelques révélations. La saison prochaine, le Final Four se tiendra non loin de notre frontière franco-espagnole, à Vitoria-Gazteiz, ville hôte du Kirolbet Baskonia. Rendez-vous est pris pour la prochaine saison.

Publicités