En première partie de soirée, le FENERBAHÇE DOGUS et le ZALGIRIS KAUNAS ouvraient donc le bal de ce Final Four à Belgrade, dans une Stark Arena sold-out. Le 5 majeur lituanien voit inscrit sur la feuille le français Axel Toupane. Après les cinq premières minutes où le ZALGIRIS ne marque pas un seul panier, le gros remontage de bretelles de Sarunas Jasikevicius trouvera écho chez Kévin Pangos (7-3 pour FENERBAHÇE). Les joueurs de Zeljko Obradović, défensifs au possible tout comme leurs vis à vis, dominent nettement cette première mi-temps, laissant quelques miettes aux lancers francs aux verts (13/16). Mais ces derniers perdent trop de ballons (12 en première mi-temps, 20 sur l’ensemble du match). Pire, leur réputation de gros scoreur du parking est mise à mal par les stambouliotes. Qui repartent à l’entracte avec une avance de 6 points.

L’EMPIRE LITUANIEN CONTRE-ATTAQUE 

Comme au premier acte, il faut attendre cette fois-ci 2 minutes pour voir un panier du ZALGIRIS. Mais Luigi Datome et compagnie rempilent une nouvelle série de tirs réussis, qui a pour résultat de faire sortir de ses gonds Sarunas Jasikevicius, lequel prend un temps mort. Idée salvatrice, puisque ses joueurs enchaînent un 11-0 dont le premier tir derrière l’arc. Les deux équipes se regardent droit dans les yeux quasiment à l’issue du troisième quart-temps (50-48). L’on se met à croire que l’élève Jasikevicius va surclasser son maître Obradović. Commence alors le show Ali Muhammed from FENERBAHÇE (ex Bobby Dixon, bien connu en France à Saint-Etienne pour son année rookie en Europe et son contrat à 35000$). Le meneur de poche prend feu, et inscrit 10 points dont deux stratosphériques 3pts en l’espace de quatre minutes à cheval sur les deux derniers quart-temps (19pts en 12 min et MVP du match). Le ZALGIRIS tentera, en vain, de recoller au score par le billet de fautes provoquées. ZALGIRIS KAUNAS s’incline 76-69.

Lorsque l’on se penche sur le parcours des lituaniens dans ce championnat, force est de constater qu’ils n’ont pas à rougir. Le FENERBAHÇE DOGUS quant à lui, a l’occasion dimanche de garder le trophée, pour sa troisième finale d’affilée. De quoi donner un peu plus encore de dimension à Zeljko Obradović, et d’asseoir sa domination et sa notoriété, avec à la clé, un dixième sacre personnel sur ses terres serbes.

Publicités