Retour sur cette première demi-finale du Final Four à Athènes entre le MHP RIESEN LUDWIGSBURG et ROCA TEAM MONACO, qui a livré son premier finaliste.

L’on savait l’équipe allemande avec un fort potentiel défensif, en revanche le Roca boy Gérald Robinson était loin de songer à en faire les frais, lui qui s’est vu museler et par conséquent hors du coup à l’entame de ce premier quart-temps. Son camarade Christopher Evans, lui, alterne le chaud et froid (4 prises tout de même dans ces dix premières minutes). Du côté du RIESEN, Adika Peter-McNeilly (5pts) et Elgin Cook (3 rebonds) font preuve de sang froid pour dominer les hommes de la principauté. Tandis que Dj Cooper et Thomas Walkup se livrent un duel de passeurs, LUDWIGSBURG caracole en tête 20-11. Le peu souriant mais ô combien grand coach Zvezdan Mitrovic a dû alors mettre ses hommes face à leur destin. En effet, à 3:33 du buzzer, MONACO revient à 28-28 sur une interception et passe décisive d’Aaron Craft pour le layup de Gérald Robinson, lequel offre trente secondes plus tard une belle passe pour Sergiy Gladyr à 3pts (29-31). Dj Cooper continue de pêcher l’esturgeon en mer pour en faire profiter ses camarades (4pds), tandis que Cook et Kikanovic entendent faire valoir leurs longs segments aux rebonds. Au buzzer, Adika Peter-McNeilly inscrit un 3pts grâce à Dwayne Evans, le MHP rentre au vestiaire avec une légère avance 38-36, bien que ce soit MONACO qui domine ce second acte 18-25. Les top performers à cet instant se nomment Elgin Cook et Aaron Craft. Les allemands accusent alors 7 balles perdues à 2, et 5 interceptions subies.

LES MOUCHES DÉFENSIVES CHANGENT D’ÂNE

De retour sur le parquet, les fautes et lancers francs pleuvent de part et d’autre. Dwayne Evans pour LUDWIGSBURG tente de prendre le large, mais en face Christopher Evans (ils ne sont pas frères) se rachète une bonne conduite à 3pts et autres lancers francs. Il ne faut pas omettre l’apport en sortie de banc du capitaine Amiral Sy : 6pts consécutifs en une minute excusez du peu (44-47 à 6 minutes). Aux tirs, RIESEN a grandement du mal, et les lacunes défensives lui font défaut. Christopher Evans assuré les rebonds et 3pts, Cooper lui est toujours à la poissonnerie pour ses caviars en boîte. Gérald Robinson, à l’instar de Christopher Evans, se ressaisis également, en témoigne ses interceptions et tirs réussis. Paul Lacombe aussi apporte magnifiquement bien sa pierre à l’édifice défensif monégasque. Alors que les Roca boys affichaient un +6, Thomas Walkup ramène les siens à -4 à 20 secondes du buzzer. Mais DJ Cooper connait la musique et trouve Elmedin Kikanovic à 3pts, score à la fin du troisième quart-temps : 54-61 (18-25). Et après Kikanovic, c’est Gladyr à 3pts que trouve le dernier MVP de Jeep Élite. Thomas Walkup, Dwayne Evans et Kerron Johnson essaient de sortir la tête allemande de l’eau, en vain. LUDWIGSBURG balbutie son jeu. À l’inverse à MONACO, lorsqu’un joueur rentre sur le parquet, il est prolifique, que ce soit aux passes, aux rebonds, ou aux tirs y compdu parking. Il faut attendre 2:50 pour voir l’équipe du Rocher à +22, suite à une passe décisive de Cooper pour un dunk de Christopher Evans. Preuve de la domination monégasque aux rebonds : après un dunk raté, Georgi Joseph récupère son rebond offensif pour reshooter, faute sur lui, deux lancers réussis (63-87). Zvezdan Mitrovic fait rentrer sa très jeune garde (Romain Poinas), idem en face avec les Geske, Seric, Müller… Pour les deux dernières minutes. Mais rien n’y changera, MONACO atteint là sa première finale de BCL, et s’assure de finir, au pire, avec l’argent. Rappelons que la saison dernière elle a terminé en bronze. Le MVP du match est Christopher Evans (21min, 17pts à 5/6 aux tirs, 3/4 à 3pts, 8rbds, 3pds, 1ctr, pour 24 d’évaluation).

@justinloulou pour @DynamicSlashers

Publicités