À seulement 7 journées de la fin de la saison régulière, cette Jeep Elite est encore bien loin d’avoir rendu son verdict. Avant cette rencontre, et en tenant compte des résultats de la veille, il n’y avait qu’une petite victoire d’écart entre le 4ème et le 11ème. Autant dire que les 5 places à prendre derrière Strasbourg, Monaco et Le Mans, quasiment assurés d’être au rendez-vous des phases finales, seront très âprement disputées.

classement

Cette visite mancelle au Palais des Sports, marquait le retour en Béarn d’Eric Bartecheky, qui après deux saisons réussies sur le banc de l’Elan, avait provoqué une immense surprise en mettant un terme à son contrat alors qu’il lui restait encore une année à honorer. Son ex adjoint, Laurent Vila, avait certainement à coeur de montrer qu’il était devenu l’égal de son ex patron. Historiquement malmenés par le MSB (7 victoires lors des 23 dernières confrontations), les V&B avaient également ce soir l’opportunité de confirmer leur nouveau statut d’équipe intouchable à domicile avec une cinquième victoire consécutive.

Le trio d’entraîneurs Vila – Vérove – Bouazza, alignait un cinq sans Okobo fiévreux, composé d’Anderson, Bokolo, Dowe, Horton, Chikoko.

Dès l’entame Fall jouait de sa taille (2,21) pour prendre le coup d’envoi, 3 rebonds offensifs et inscrire les 7 premiers point du match. Horton n’inscrivait les premiers points palois qu’au bout de 3 minutes, imité par Dowe 6-7 (4′). Le Mans prenait ses distances par Travis, Tarpey et Riley, profitant également des maladresses béarnaises 14-19 à la 7ème. Sur une contre-attaque de l’Elan, Tarpey empêchait Koffi de dunker en faisant faute, mais devait quitter ses partenaires sur la civière, blessé au genou gauche sur sa réception. Cela ne calmait pas pour autant les ardeurs mancelles. Les Sarthois très dominateurs au rebond (14-8) creusaient un écart jusqu’à 9 unités, le QT s’achevant sur un 20-27.

Ce gap allait progressivement gonfler jusqu’à 15 longueurs (24-39) notamment par Travis, avant de décroître sous l’effet des efforts de Pinero, Koffi et Bokolo : 31-41 (17ème). Les trois dernières minutes ne permettaient pas aux Béarnais de rester sous la barre symbolique des 10 points, la faute à un tir primé au buzzer de Cobbs sur la dernière possession du MSB.

Stats1

Au retour des vestiaires les Palois montraient des intentions offensives et défensives qui leur permettaient de revenir à -7 à la 25ème (46-53), malgré des problèmes d’adresse toujours prégnants. Mais Le Mans accélérait à nouveau pour reprendre 13 longueurs d’avance par Fall, Travis et Cobbs (46-59, 27ème). Les V&B allaient manquer de trop nombreuses occasions de réduire l’écart, maladroits sur leurs différentes tentatives, ils restaient à 12 unités (55-67).

Dans le dernier QT sous les assauts cumulés d’Okobo, Koffi et Horton, l’Elan se rapprochait à nouveau : 64-71 à la 34ème, contraignant Bartecheky à un TM. Peine perdue, le momentum était du côté Béarnais et Koffi, Pinero puis Anderson égalisaient à 73-73 avec 2’50 à jouer. Un palais des Sports en fusion, encourageait alors les siens sur chaque action défensive ou offensive. Koffi ne tremblait pas sur la ligne des LF et l’Elan prenait l’avantage pour la toute première fois de la partie à un peu plus d’une minute du terme. Horton gachait l’occasion de donner 4 points d’avance, mais Le Mans n’en profitait pas, la claquette au buzzer de Riley étant refusée par le trio arbitral.

Stats2

Avec ce 8ème succès, arraché de haute lutte, lors des 10 dernières journées, l’Elan Béarnais confirme sans aucun doute possible à la fois ses ambitions de playoffs mais également son statut d’équipe en forme du moment. Il lui faudra saisir l’occasion d’empocher une 16ème victoire dès mardi, à nouveau à domicile, face au BCM Gravelines-Dunkerque et faire ainsi un pas de géant vers la qualification en 1/4 de finale.

@LudwigBeaulieu pour @DynamicSlashers

Publicités