Cette 24ème journée avait, bien avant le coup d’envoi, une saveur particulière pour les deux adversaires du soir au Palais des Sports de Pau. Ce 103ème clasico, présent dans les têtes béarnaises et limousines depuis l’annonce du calendrier en début de saison, allait également être le premier à se disputer depuis le décès tragique de Fred Forte le 31 décembre. L’emblématique joueur, puis Président du CSP était sans conteste l’un des contributeurs les plus actifs à l’entretien d’une rivalité tenace, vieille de 40 ans.

Sur le plan purement sportif, l’occasion était donnée aux V&B de réussir la passe de trois pour la première fois de la saison, et de poursuivre leur course folle vers des playoffs qui paraissaient encore inaccessibles il y a seulement 1 mois 1/2, lorsque le spectre d’une possible relégation en Pro B hantaient les esprits. Côté CSP Limoges, bien à la peine depuis le début de l’année, le risque était de se voir éjecté du TOP 4. Deux équipes en définitive sur des dynamiques bien différentes :

Laurent Vila et son adjoint Jimmy Vérove, champion d’Europe 93 avec le CSP, alignaient un cinq de départ classique : Okobo, Bokolo, Dowe, Horton, privilégiant Chikoko au poste 5 pour contrer le surpuissant Samuels.

Le match débutait tambour battant pour les V&B qui imposaient du rythme en attaque, et de l’intensité en défense obligeant les Limougeauds à prendre des shoots difficiles en fins de possessions. L’écart atteignait déjà 8 pts à la 6ème minutes grâce à Horton et Bokolo derrière l’arc, Chikoko et Dowe dans la peinture. Autour du le 1er TM de Milling, Horton inscrivait deux nouveaux paniers qui portaient l’écart à +10 : 21-11. Hayes ramenait les siens à 22-15. Horton 7 pts, Dowe 5.

L’entame du deuxième QT était plus laborieuse pour les Palois, pourtant toujours agressifs en défense,mais plus maladroits offensivement. Ils concédaient 7 points, et 4 fautes en 5 minutes pour laisser le CSP revenir à 22 partout. La machine Horton se remettait en route, et grâce à ses deux réussites derrière l’arc le score enflait : 30-24. Le jeu de passes béarnais obligeait les visiteurs à commettre de nombreuses fautes qu’Anderson Horton et Okobo ne convertissaient que partiellement (5/11) en points précieux avant la mi-temps. Horton clôturait la marque au post up 40-32.

Stats1

Dès la reprise, le score gonflait en faveur des Palois. Dowe tirait 2 missiles longue portée sur des situations bien ouvertes, et Chikoko contrariait Samuels dans la peinture : 53-39 à la 25ème. La défense infernale des hommes de Laurent Vila obligeait ceux de Milling à aller au bout de presque toutes leurs possessions.Dans les dernières minutes les tirs primés de Gibson et Morency offraient au CSP l’espoir d’un retour dans le 4ème QT en restant à 10 longueurs : 61-51.

Et les visiteurs poursuivaient effectivement leur rapproché par Gibson puis Jaiteh. Les V&B restaient à nouveau muets pendant 3 longues minutes avant que Dowe ne déchire la défense limougeaude 63-55 33ème. C’était sans compter sur Conklin et Samuels qui ramenaient les leurs à -3, 65-62 (35ème). Dowe et Horton redonnaient un peu d’air à l’Elan dans cette fin de match au couteau : 70-62. Les Béarnais ne lâchaient plus ce succès qui leur tendait les bras, allant même jusqu’à creuser un nouvel écart de 13 points par Horton puis Pinero à 3 poins. Le CSP s’avouait enfin vaincu avec 65 secondes à jouer et le Palais pouvait célébrer la performance de son équipe. Un ultime shoot à 8 mètres de Dowe clôturait la marque 84-68.

Stats2

Avec ce nouveau succès indiscutable, le cinquième en six matchs depuis le début de l’ère Vila, l’Élan Béarnais égalise à 51 partout dans le clasico, et se relance définitivement dans la course aux playoffs. A 10 journées de la fin de la saison, et avec un bilan équilibré de 12v. et 12d., le groupe peut préparer avec sérénité le déplacement à Dijon dans 10 jours. La JDA, équipe face à laquelle Pau avait lourdement chuté lors de la 8ème journée au lendemain de sa victoire à Beaublanc, est un concurrent direct au Top 8. Il ne faudra surtout pas laisser le même scénario se répéter car il avait marqué l’entrée dans la spirale négative des Palois.

@LudwigBeaulieu pour @DynamicSlashers

Publicités